7 janvier 2016
Bourrées aléatoires. XIV. Un peu de musique minimaliste ...

Nos ancêtres les Arvernes étaient justement réputés pour leur sens de l'économie. Cela ne les empêchait pas, le cas échéant, de faire preuve de générosité, comme l'avait remarqué Georges Brassens. Si l'on transpose ce sens de l'économie au domaine de la musique, cela peut conduire notamment à économiser les notes. C'est ce que nous allons tenter ici.

Bourrées sur une seule note :
Des morceaux de musique comportant 0 note existent (cf. John Cage), mais ils ont l'inconvénient de se ressembler un peu tous. Nous allons donc commencer avec 1 note. Le fichier MIDI suivant est composé de 8 bourrées basées chacune sur un des schémas rythmiques dont la liste est donnée au début du chapitre IX . Pour chaque bourrée, la note choisie est tirée au hasard. L'instrument (virtuel) est également choisi au hasard pour chaque morceau, parmi les 9 premiers instruments de la norme "General MIDI". Voici le résultat :
bs1n.mid .

Bourrées sur deux notes :
La série précédente pouvant paraître un peu monotone, nous allons maintenant autoriser l'utilisation de deux notes différentes pour chaque bourrée. Un nouvel instrument virtuel est également tiré à chaque fois. Le résultat est le suivant :
bs2n.mid .

Bourrées sur trois notes :
En augmentant encore une fois le nombre de notes pour le porter à 3, on obtient un discours plus varié se rapprochant d'une musique "normale" :
bs3n.mid .

On pourrait continuer ainsi jusqu'à ce que le nombre de notes choisies couvre la totalité du registre (2 octaves en l'occurrence), mais on risquerait de lasser l'auditoire. En fait, plus le nombre de notes augmente, plus on se rapproche d'une série purement aléatoire comme celle décrite au chapitre I .